Tag Archives: GRET

Sept « péchés capitaux » de l’évaluateur : Pièges et repères déontologiques

24 Nov

A découvrir ou à redécouvrir, tout juste 10 ans après sa première parution :  les sept « péchés capitaux » de l’évaluateur : Pièges et repères déontologiques, par Philippe Lavigne Delville (notes méthodologiques n° 5, Direction Scientifique, GRET, Octobre 2004).

Ne pas rater l’annexe : l’évaluation du Programme Palestine (an 00 – an 33)

Philippe Lavigne Delville est socio-anthropologue, directeur de recherche à l’IRD. Il travaille en particulier sur les politiques et projets de développement et sur les politiques foncières. Il a été Directeur scientifique du GRET de 1999 à 2008 et est président de l’APAD depuis 2013.  

Sept « péchés capitaux » de l’évaluateur : Pièges et repères déontologiques

Une évaluation est un exercice difficile. En quelques jours ou quelques semaines au mieux, il faut porter un regard le plus objectif possible sur une réalité complexe et multiforme et porter une analyse sur des stratégies et des actions, dans lesquelles des équipes se sont investies, parfois pendant plusieurs années. Il faut intégrer et organiser une masse d’informations d’ordres différents ; se construire une connaissance et une analyse du projet ; respecter les équipes et leur travail sans pour autant oublier tout regard critique ; appréhender le point de vue des bénéficiaires sans prendre pour argent comptant tout ce qu’ils disent ; répondre aux attentes – pas toujours explicites ou réalistes – des commanditaires sans s’asservir à leurs logiques…

Une évaluation est souvent un exercice violent pour ceux qui la vivent. Nous avons tous connu des évaluations productives, mais aussi des évaluations injustes et biaisées. Evaluer un projet demande une éthique affirmée pour éviter de tomber dans des pièges fréquents. En voici quelques-uns, inspirés de cas vécus. Il y en a sûrement d’autres…

1. Instrumentaliser l’évaluation à son profit …

2. S’inféoder a priori à l’un ou l’autre des acteurs

3. Plaquer ses propres schémas, sans chercher à comprendre ce qu’ont cherché à faire les équipes, et pourquoi

4. Tomber dans le piège du rétrospectif

5. Imputer aux acteurs des « choix » qui ne sont que des réponses au jeu de contraintes au sein duquel ils se trouvent

6. Prendre pour argent comptant des objectifs initiaux irréalistes

7. Ne voir que les résultats à court terme… ou seulement de possibles effets à long terme

Retrouvez l’intégralité de la note sur le site du GRET.

Publicités