Evaluation aléatoire et expérimentations sociales

20 Sep

Extrait: L’HORTY Y., PETIT P., 2011, Evaluation aléatoire et expérimentations sociales, revue française d’économie, volume XXVI, 16-17

[…] La première évaluation aléatoire de grande taille réalisée en France porte sur une expérimentation qui a eu lieu à l’automne 2007. Elle a été mise en œuvre par le CREST, l’Ecole d’économie de Paris et le Jameel – Poverty Action Laboratory (J-PAL) co-fondé par Esther Duflo, pour évaluer les effets des opérateurs privés d’accompagnement des demandeurs d’emploi (Behaghel, Crépon et Gurgand [2009]). Quarante années séparent ainsi les expériences françaises et américaines en matière d’évaluation aléatoire. Depuis cette première étude, des dizaines de programmes sociaux innovants font l’objet d’évaluations aléatoires chaque année.

Pour expliquer la rapidité de cette expansion, il faut sans doute évoquer la conjonction d’un choc d’offre et d’un choc de demande, tous deux positifs. Côté offre, la diffusion des travaux d’Esther Duflo a vraisemblablement joué un rôle crucial en suscitant l’engouement des chercheurs français. L’un des principaux messages de la professeure au MIT, qui est l’une des animatrices du réseau international du J-PAL, est que, puisque l’évaluation expérimentale a fait ses preuves pour analyser les causes de la pauvreté dans les pays pauvres, il s’agit maintenant de l’utiliser pour le même objectif dans les pays riches et notamment en France[1]. Coté demande, la commande publique a joué un rôle décisif, sous l’impulsion de Martin Hirsch. Devenu Haut commissaire aux solidarités actives en juin 2007 et également Haut commissaire à la jeunesse en janvier 2009, l’initiateur du RSA va soutenir de façon constante le développement des expérimentations sociales[2] et de leur évaluation. Un premier appel à projet d’expérimentation sociale est lancé en 2007 avec un budget de 6 millions d’euros. Il est suivi en 2009 par une série d’appels à projets lancée par le fonds d’expérimentations pour la jeunesse (crée par l’article 25 de la loi généralisant le RSA du 1er décembre 2008) avec un budget total, issu d’un partenariat public-privé, de 150 millions d’euros. Plus de 400 projets innovants sont ainsi financés qui prévoient fréquemment, mais pas systématiquement[3], une évaluation aléatoire. […]


[1] Voir la leçon inaugurale de la chaire internationale « Savoirs contre pauvreté » du collège de France (Duflo [2009] « Expériences, science et lutte contre la pauvreté » et les deux ouvrages Duflo [2010] « Le développement humain. Lutter contre la pauvreté et [2010] « La politique de l’autonomie. Lutter contre la pauvreté ». Le message a été relayé par de nombreux économistes français, notamment François Bourguignon, le directeur de l’Ecole d’économie de Paris qui préside le comité national d’évaluation des expérimentations du RSA, Marc Gurgand, qui préside le conseil scientifique du Fonds d’expérimentation pour la jeunesse, ou encore Bruno Crépon ou Philippe Zamora, du CREST. En outre, de nombreux colloques ont popularisés auprès d’un large public l’apport des méthodes expérimentales. On peut citer notamment les rencontres de l’insertion lancées à Grenoble en novembre 2007, le colloque « expérimentations pour les politiques publiques de l’emploi et de la formation », organisé par la DARES en mai 2008, et la conférence nationale de l’expérimentation sociale, organisée par les deux Hauts commissariats en mars 2010.

[2] Dans le cadre du Grenelle de l’insertion, une expérimentation sociale est définie comme « une innovation de politique sociale initiée dans un premier temps à petite échelle, compte tenu des incertitudes existantes sur ses effets et mis en œuvre dans des conditions qui permettent d’en évaluer les résultats , dans l’optique d’une généralisation si ces résultats s’avèrent probants ».

[3] Beaucoup de projets sont de très petite taille et les effectifs traités sont apparus insuffisants aux évaluateurs pour envisager une évaluation aléatoire.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :